-- TOUTE -- Actualités Annonces Conseils santé Partenariats Publications des médecins Séminaires
Fake news : Il n y a pas de prison à l’hôpital laquintinie de Douala.
Actualités  |  06 Août 2018 16:15  |  76
Facade avant de la maternite
Facade avant de la maternite
 Une fausse information publiée sur le mur facebook « le Cameroun c’est le Cameroun » fait état d’une prison dans l’enceinte de l’hôpital  laquintinie de Douala. Reportage dans les locaux de  l’établissement hospitalier et vérité des faits.

Jean-Marie Vianny Nde Ngoh
Dans un post intitulé « HÔPITAL LAQUINTINIE DE DOUALA : SON DIRECTEUR EST UN MONSTRE   » paru le samedi 4 aout 2018 à 9h 16 dans le forum Face book  « le Cameroun c’est le Cameroun » , Jean-Marie Vianny Nde Ngoh écrit « Le Dr Njock Louis Richard a une prison personnelle où des bébés à peine nés et des mamans sont incarcérées, tout comme à l'hôpital central de Yaoundé, pour non paiement des soins ».
Fake news

Rendu sur les lieux à l’hôpital, il n y a pas de prison aux alentours ni quelque chose de ce genre. A la maternité le travail se passe normalement. Le chef de département, Dr Henri Essome que nous avons rencontré est clair « il n y a pas de prison à l’hôpital laquintinie de Douala. Ni aucun malade gardé pour quelque raison » Non sans dénoncer des journalistes et sans doute des commanditaires tapis dans l’ombre qui ne veulent pas voir l’hôpital en paix. Il faut dire pour s’inquiéter de ce que l’auteur du post ne s’est appuyé sur aucun fait irréfutable pour illustrer son « information ». Aucune photo ni témoignage.
Témoignages.
Bien plus, Jean Marie Vianney poursuit «L'épouse d'un aveugle camerounais bien connu du public, a été retenue prisonnière là-bas avec son bébé, tout comme de nombreux autres bébés et mamans aujourd'hui » une information dénuée de tout fondement. Aucune épouse de personne mal voyante retenue. Comme nous a confié  le staff de la maternité. Aucun témoignage allant dans ce sens chez les malades et les gardes malades interrogés.

Un hôpital tourné vers l’avenir.

Au-delà de cette fausse information qui sonne comme un acharnement-sabotage, à l’hôpital, on affiche une sérénité dans la poursuite de la mutation à laquelle le nouveau staff s’est engagé par l’automatisation de l’accueil, la vidéo surveillance, le service VIP, l’installation des guichets de banque, un supermarché pour l’amélioration des conditions de séjour à l’hôpital. Au demeurant et au-delà de ca fake news sur l’hôpital Laquintinie, tout porte à croire que l’information qui prend ses origines à l’hôpital central de Yaoundé est volontairement programmée pour poser la gratuité des soins liés à l’accouchement dans les maternités des établissements hospitaliers publics. La doléance devrait plutôt être portée vers les autorités compétentes de la santé publique pour que le débat s’ouvre.

BATANA   Y’ongbatick
 
 
 
 
Top