-- TOUTE -- Actualités Annonces Conseils santé Partenariats Publications des médecins Séminaires
Dr Essome Henri « Il est inadmissible de perdre sa vie au moment d’en donner »
Actualités  |  03 Juillet 2018 0:59  |  54
Dr Henri Essome
Dr Henri Essome

Dr Essome Henri  «  Il est inadmissible de perdre sa vie au moment d’en donner »

Le chef du département de gynécologie obstétrique était à la tête de la délégation de l’hôpital Laquintinie au séminaire portant sur les « normes et standards en SR/PF au Cameroun » organisé par le ministère de la santé publique. Il en donne les contours.

Vous êtes à la tete de la délégation de l’hôpital laquintinie.

 Effectivement, je suis le Dr Essome Henri gynécologue obstétricien. Chef du département de gynécologie obstétrique à l’hôpital laquintinie de Douala.

Quelle signification donnez-vous à la présence de l’hôpital laquintinie à ce séminaire ?

Notre présence ici à un double titre. D’abord, tout praticien  doit  se mettre à jour des innovations scientifiques et des mises à jour qui vont avec ces innovations pour rester à la page. Deuxième raison, Nous avons une préoccupation majeure en santé de reproduction : c’est la mortalité maternelle. Comme on le dit habituellement, il est inadmissible de perdre sa vie par le fait de vouloir  en donner,

La mortalité maternelle reste donc une préoccupation majeure dans votre établissement hospitalier

Malheureusement il se trouve que le Cameroun plane au sommet mondial de la  mortalité maternelle. Quand on répertorie les pays dans le monde  nous y sommes. Il était temps. Et quoi de plus normal pour un chef de département  de gynécologie d’une unité centrale du Cameroun soit présent aux travaux. Etaient aussi présent à ce séminaire, le chef de service  gynécologie et la major de l'espace de naissance.
 
Quel est l'état des lieux du service de santé général et de la femme en particulier?
 
Comme vous avez suivi dans les remarques liminaires du professeur Robinson Mbu (directeur de la santé familiale au ministère de la Santé publique), en plus du contenu qui cible la santé des femmes, il est question de faire en sorte que tout le monde reste dans sa division. Quand on dit cabinet de soins c'est des bandages, injections, et tout ce qui va avec. Lorsque nous parlons de structure de santé intégrée, nous connaissons la taille des soins et des prestations à donner. Ainsi que: Centre médical de district, hôpital de district ou régional, hôpitaux centraux, hôpitaux de catégorie première.
 
Au cours des travaux, deux guides ont été présentés aux participants. À quoi serviront-ils?
 
La division du travail ainsi définie a peiné pour prendre forme par manque de guide, il y avait un flou total et indescriptible. Aujourd'hui, nous avons un guide, et c'est le but principal de ce séminaire. Le livre intitulé "Normes et standards en sr / pf au Cameroun" est maintenant le guide. Nous pensons que les choses ne seront plus comme avant, que tout le monde restera dans sa division.
 
Que gagne l'hôpital laquintinie de ce séminaire?
 
Les mises à jour. Il y a une substance scientifique que je récupère et que je prends avec moi. Et que je vais partager avec toutes les parties prenantes pour le bien de tous ceux qui nous font confiance. Il y a une certaine valeur ajoutée, c'est évident et ça sera utile pour l'hôpital et les patients.
 
Entretien avec BATANA Y'ONGBATIK
 
 
 
Top